• "Les enfants, vous devez rentrer chez vous.

    - Je veux ma maman et mon papa !

    - Artanis, ça suffit. Ton père et ta mère n'ont pas besoin de s'encombrer avec toi ! Ils sont déjà assez occupés !"

    Astal jeta son regard le plus noir à l'elfe.

    "Reparle encore une fois comme ça à ma sœur et je te refais le portrait."

    Après avoir réussi à quitter la Capitale en flammes, Astal et Elendil s'étaient rendus auprès de gardes, des elfes guerriers mineurs, ou ils avaient retrouvé Artanis, bien vivante. A présent, ils étaient entassés dans une petite cabane, et un des deux gardes présents ne faisait qu'énerver l'elfe aux yeux verts. Elendil, épuisé, était allongé sur un fauteuil.

    Le garde ne leva même pas le regard vers Astal, tandis qu'Artanis lui frappait les jambes de ses petites mains, en pleurant.

    "Tu es méchant !!! pleurnicha-t-elle. Je veux pas rentrer sans maman !!"

    Désemparé, il lança un regard à son supérieur, qui dégustait une tisane. Ce dernier posa sa tasse tandis que le plus jeune roulait des yeux.

    "Artanis, ton papa et ta maman son très occupés, parce qu'un grand méchant à mis du feu partout. Donc, ils ont demandés au gentil garde et à moi de vous ramener avec Elendil à la maison pour les attendre. Ta gentille grande sœur va bien s'occuper de toi, et tu pourras voir ton papa et ta maman demain."

    La petite elfe le regarda, blasée, trente secondes.

    "Je suis pas débile non plus Tasse-de-thé !!! J'ai 5 ans trois-quarts !

    - Donc tu as compris. Et nom de l'Arbre Sacré, arrêtes avec ce surnom !"

    Artanis gonfla les joues et hocha la tête. Le vieux garde sourit. Astal sortit en bousculant "sans faire exprès" le garde insupportable, suivie du reste de la troupe, Elendil porté par "Tasse-de-thé".

    Après les avoir laissés dans la maison de la famille Diregon, les deux gardes retournèrent à leur poste.

    xxx

    Estrid et Féänturi avait couru au palais après que l'incendie soit déclaré. Ils y avaient retrouvé les autres elfes guerriers travaillant en ce jour. Chacun allèrent inspecté une zone.  

    Estrid avait utilisé son faucon pour s'élever au-dessus des flammes et s'était dirigée vers le haut du palais. De là, elle avait une bonne vue sur l'ensemble de la capitale.

    "Ignis, murmura-t-elle à l'oiseau, va observer le ciel de la partie Nord."

    En regardant son compagnon partir, elle eût un pincement au cœur, ce qui, généralement, lui donnait un mauvais pressentiment.

    C'est à ce moment-là qu'elle vit une ombre courir à travers les flammes. Estrid rabattit sa cape rouge et or autour de ses épaules et baissa le capuchon. Elle sauta de toits en toits, son épée appuyée contre la jambe. Pour finir, elle atterrit sur le sol, en face de la fameuse ombre. Elle entendit un ricanement masculin. L'inconnu se jeta sur elle, et la plaqua sur le sol.

    "On m'envoie une femme ? murmura-t-il à son oreille. Décidément, votre race est très décevante."

    Estrid en profita pour lui rendre son affront d'un coup de genou sur le ventre. L'inconnu pesta et fut projeter en arrière. Elle prit son arme, et la tendit vers la gorge de son adversaire.

    "Qui que tu sois, honte à toi."

    Ses yeux verts brillaient d'une rage immense. Elle détestait qu'on la rabaisse à cause de sa condition de femme, et surtout, qu'on insulte le peuple dont elle faisait parti. L'inconnu se releva. Il bougea sa main, et les flammes se dirigèrent sur Estrid. Elle sauta, et Ignis agrippa de ses serres les épaules de l'elfe guerrière. La femme tendit sa main, et son adversaire fût encerclé par des lianes. Estrid resserra son emprise, et éleva l'homme. De colère, il cracha.

    "Il est tant de voir quelle créature se cache derrière cette cape."

    L'elfe sursauta. Les yeux rouges sang de l'individu, ses canines pointues... C'était un vampire.

    "Ainsi donc, commença-t-elle, vous brisez le pacte de paix entre nos deux peuples ?"

    Il ne répondit pas. Ignis posa Estrid sur le sol, et elle leva le bras et le rabaissa rapidement. Les lianes firent de même et le vampire fût écrasé contre le sol. Elle fit disparaître les plantes.

    "Tiens, fit-il en se relevant tête baissée, tu es donc une de ces elfes... Elémentaire ? Je crois que je t'ai légèrement sous-estimée."

    Les flammes s'élevèrent plus haut derrière le vampire. Estrid ne pût que hurler quand le feu l'entoura. Elle se retrouvait dans la même position que l'homme tout à l'heure. Son arme tomba à terre. Ignis s'enfuit.

    "Tu vas payer cet affront, elfe."

    Une flamme se matérialisa devant l'œil gauche de la femme, qui cria. Elle refusait de demander la pitié à l'être horrible qui se dressait devant elle. La flamme se rapprocha de l'œil de l'elfe, tandis que le sourire sadique du vampire s'étirait. Il ne vit pas les lèvres de la guerrière bouger, tandis qu'elle perdait sa vision d'un œil.

    Il ne vit pas l'épée s'élever dans les airs. Il la vit se planter dans son cœur. Puis il respira une dernière fois.

    Les flammes qui entouraient Estrid se dissipèrent, et l'elfe tomba lourdement sur le sol. Son œil valide lui fit voir le cadavre de son adversaire, puis la Mystique ne vit plus rien.

    xxx

    Yui tournait la page quand la porte de sa chambre s'ouvre. Elendil entra.

    "Yui, c'est l'heure d'y aller."

    Elle acquiesça, et ferma le livre d'Estrid. Elle avait la respiration haletante, comme si elle venait de vivre réellement le combat de son ancêtre. Dans les yeux de Yui brillait un éclat doré, elle était en admiration totale devant Estrid. 

    "Ça va ma chérie ? demande Elendil.

    - Oui oui, p'pa."

    Elle se leva, mit le livre sous son oreiller et descendit à la suite de son père. 

    -----

    Et vlaaan un chapitre dans les dents :D

    Vous ne l'attendiez plus. 

    Moi non plus. 

    2 articles en une journée, bande de chanceux (:


    3 commentaires