•  1 an et trois mois avant le présent.

    Tout commence dans le laboratoire caché de la maison de la famille Nane, ou deux personnes se trouvaient.

    La première, Shizuka Nane, faisait des expériences avec deux fioles, toutes deux remplies d'un liquide violet non identifié.

    La seconde, Enola, la regardait faire.

    "Ecoute Enola, commença Shizuka, si tu comptes me regarder comme ça tout l'après-midi, part.

    - J'observe et j'apprends, relax, Shiz'.

    - Tu n'as pas le droit de m'appeller comme ça, criminelle."

    Enola soupira. L'autre ne la regardait même pas quand elle lui parlait, concentrée. Elle articulait ses phrases méthodiquement, comme si elle avait prévu cette conversation. La voleuse prit parole :

    "Je sais que je n'ai pas été irréprochable par le passé. Mais j'ai changé. Grâce à Shin.

    - Laisse mon frère en dehors de ça. Tu as quand même voulu nous tuer.

    - J'y ai été forcée !"

    Shizuka versa un liquide dans l'une des deux fioles. Puis attrapa un tournevis, qui traînait par là. Et le pointa vers la gorge d'Enola.

    "Ne t'avise pas de lui faire du mal. Ou tu le regretteras, crois-moi."

    Sa camarade déglutit bruyamment. Il n'y avait que Shizuka pour faire peur à quelqu'un avec un tournevis. Elle leva les mains en signe d'accord. Shizuka reposa son outil, et repris un des fioles en main.

    "Peut-être qu'avec plus de... réfléchit-elle à voix haute"

    Enola faisait le tour du laboratoire, s'interrogeant sur le fonctionnement de plusieurs objets, puis se réapprocha de la soeur de Shin.

    "Je peut t'aider ? Proposa-t-elle.

    - Pas même dans mes pires cauchemars."

    La voleuse se mordit la lèvre inférieure. Se prendre une réplique cinglante en pleine figure n'était pas bon pour son estime de soi. Elle recula.

    L'autre ne réagit pas. Elle ne réagit pas non plus quand Enola se prit les pieds dans les fils d'une de ses machines. Ni quand, en voulant se relever, elle s'appuya contre un bouton de son invention.

    Elle ne se leva que quand une forte lumière et un bruit assourdissant envahit la pièce. Shizuka fit un geste d'au revoir de la main à Enola.

    Puis se rendit compte de la machine dans laquelle la jeune fille était tombée.

    "Qu'est-ce que je vais dire à Shin ? Grommela-t-elle"

    Shizuka jeta un coup d'oeil à la date affichée sur un petit écran de sa machine à voyager dans le temps.

    "Dame Enola au Moyen-Âge... murmura-t-elle pour elle-même."

    Et elle prit quelques notes, et retourna à son expérience.

    • • •

     

    "Shizuka ?"

    Visiblement, Shin venait de rentrer du lycée. Sa soeur sortit précipitamment du laboratoire, et arriva dans l'entrée de la grande maison.

    "Salut Shin !

    - Qu'est-ce que tu as fait aujourd'hui ?"

    Elle hésita quelques secondes avant de répondre.

    "J'ai envoyé ta petite amie au Moyen-Âge."

    Le garçon écarquilla ses yeux et bégaya.

    "M-mais b-bordel Shizu-u ! C-ce n'est pas drôle de m-me faire des frayeurs pareilles !"

    La jeune fille pencha la tête sur la droite, un signe d'incompréhension. Il se rendit alors compte qu'elle disait la vérité.

    "SHIZUKA SERIEUSEMENT ? Hurla-t-il. MAIS POURQUOI ?!"

    Elle haussa les épaules.

    "Elle s'est pris les pieds dans les fils de ma machine.

    - MAIS TU AURAIS PU LA PREVENIR !!

    - Elle ne m'avait rien demandé. "

     

    Sans tenter de plus raisonner sa sœur, Shin se rua dans une des pièces de la maison. Elle le suivi du regard, le regardant courir de pièce en pièce, rassemblant des objets.

     

    Des habits de l'époque, une carte, des pièces, et une besace. Son frère allait donc rejoindre sa petite amie.

     

    Quand il descendit dans le laboratoire, Shizuka le suivi, et le regarda partir, en réfléchissant.

     

    "Je devais le prévenir avant ou après que je pouvais la faire revenir ?"

     


    votre commentaire
  • Je me baladais en ville. Rien de bien spécial quand on me téléporta. J'était face à 7 grandes personnes que je connaissait trop bien. Les 7 jugements.

    - Seishin,nous t'avons convoqués pour être l'esprit de quelqu'un. -Me dit le jugement numéro 1.

    - Attendez quoi ?! -Commençais-je.

    - Ton "détendeur" sera ton maître. Il s'appelle Alexandre Genkishi. Apprenez à vous entendre tout les deux. -Me dit le jugement numéro 3.

    Un collier avec un pendentif rouge apparaissait devant moi. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivais. Une lumière m'aveugla puis plus rien. Le trou noir.

    Je regardais le collier que l'on m'avait offert. A quoi ça va me servir ? Je n'avais pas besoin d"un collier. Je remarquais quelque chose,cette pierre. Le pendentif du collier était un rubis j'en était certain ! Je pris le collier et partit voir une personne spécialisé en pierres précieuse. Une fois arrivé chez lui,je toqua. Il m'ouvrit et me demanda ce que je venais faire ici. Je lui expliqua la raison de ma venue. Il me laissa entrer et partit dans une pièce pour contrôler mon collier. Je me m'assis sur une chaise devant son bureau.

    - Ton pendentif et bel et bien un rubis. -Commença-t-il.

    Je le savais !

    - Il contient une source de vie. -Fini-t-il.

    - Comment ?! - Hurlais-je abasourdis.

    - Un esprit. -Reprit-il.

    Un esprit...Je connais bien ce genre de créature. Ils sont tous horribles. Pire que des faucheuses ou des démons. Enfin...je ne suis pas mieux placé pour  parler...surtout après mes actes.

    - Et...tu sais quel genre d'esprit c'est ? -Demandais-je.

     - Pas vraiment... -Dit-il.

    J'hésita un moment. Je pris le collier,le remercia et partis. Il y avait donc quelque chose dans ce collier...

    Plusieurs années plus tard je réussi à trouver le seul et unique moyen de faire sortir cet esprit de ce collier. Je connaissais son nom aussi. Je répéta Seishin réveille-toi trois fois dans ma tête. Un petit fantôme se matérialisa devant moi.

    ♠♠♠

    L'inspiration à bien voulus de moi '^'

    La suite arrivera patience~


    2 commentaires
  • Ça faisait longtemps que Yui n'était plus montée au grenier. Cet après-midi, elle était privée d'écrans pour avoir reçu "quelques" heures de colle pour une quelconque raison. La jeune elfe s'était alors rappelée du lieu où elle passait tout son temps, quand elle était plus jeune que maintenant.

    Yui allume la lumière, et les vieilleries qui encombrent la pièce lui font écarquiller les yeux. Elle s'approche d'un premier carton, et tousse à cause de la poussière. Elle l'ouvre. Dedans, il y a plein de vieilles robes de cérémonies elfiques. Elle en prend une et l'admire. Elle est bleu azur, au tissu léger. Quelques broderies dorées parsèment la partie haute du vêtement. En passant le doigt dessus, l'enfant remarque un nom brodée à l'intérieur de la tenue. "Astal".

    Après avoir essayé une robe verte rappelant la couleur forêt de ses yeux, Yui ouvre un deuxième carton. Rempli d'arcs fêlés et d'épées dorées. Sur les arcs, il y a plusieurs initiales gravées. "F.D", "E.D", "A.D", "A.S"...

    Rapidement lassée par les armes (après avoir fait quelques mouvements avec l'une d'elle), l'elfe trouve dans un carton plusieurs feuilles de papier, toutes remplies de la même écriture, et des cartes du monde. Il y en a de toutes les sortes. Celles du royaume elfique, du monde humain, du territoire des vampires... Yui les replace délicatement. Elle voit un autre prénom sur l'une d'entre elle, la plus grande. "Artanis"

    En souriant, elle s'avance un peu plus dans le grenier.

    Elle regarde dans une bibliothèque que sa mère avait dû oublier de descendre. Il n'y a que quelques livres. Yui en prend un au hasard.

    Il est marron, et sa couverture est constituée de prénoms, certains en doré, d'autres en argenté. La jeune elfe s'étonne. Il y a son nom dessus. Au-dessus, ceux de ses parents, "Elendil" et "Astal".

    Curieuse, Yui ouvre le livre. Il n'y a que des pages blanches. Elle hausse un sourcil.

    Elle retourne à la première page, et remarque avec stupeur que quelques mots sont apparus ! Ils apparaissent même au fur à mesure qu'elle les lits.

     "¢є ℓινяє α éтé ¢σиçυ ραя єѕтяι∂ ∂ιяєgσи. ιℓ ¢σиѕιgиє ℓ'нιѕтσιяє ∂є ℓα fαмιℓℓє ∂єρυιѕ ℓє ¢σммєи¢ємєит, єт ¢є נυѕqυ'αυχ мємвяєѕ α¢тυєℓѕ.

     ∂ємαи∂єz à νσιχ нαυтє ℓ'нιѕтσιяє ∂є qυєℓℓє ρєяѕσииє νσυѕ νσυℓєz νσιя. єℓℓє αρραяαîтяα. 

     ѕι ραя мαℓнєυя ¢є ℓινяє ѕ'égαяє, συ ѕα ¢σииαιѕѕαи¢є ѕє ρєя∂, υи gαя∂ιєи ѕєяα ¢нσιѕι ρσυя ℓє яé¢υρéяєя єт ℓє ѕυяνєιℓℓєя.

     ¢є ℓινяє иє мσитяє ραѕ qυє ℓє ραѕѕé. ιℓ єѕт иé¢єѕѕαιяє ∂є иє ραѕ ℓιяє ѕα ρяσρяє нιѕтσιяє єи єитιєя. "

    Yui écarquille les yeux. Ce qu'elle venait de découvrir était énorme ! Plus énorme que son meilleur score à Mario Kart, ce qui était rare. Enfin, elle ne savait pas encore si ça marchait.

    "Montre-moi... L'histoire d'Astal Sankasha ! crie-t-elle"

    Elle attend. Rien. Puis, alors qu'elle allait fermer le livre, les pages se tournèrent toutes seules et s'arrêtèrent. Yui se mit à lire à voix haute les mots qui apparurent.

    "Pour le couronnement des nouveaux souverains des peuples elfes..."

    Ça marchait vraiment ! Après avoir lu les quelques pages, elle se demande si la sienne était consignée ici, aussi.

    "Montre-moi... L'histoire de Yui Sankasha !"

    Avec stupeur, elle regarde les mots se former, et arriver à la page d'aujourd'hui.

    "Ça faisait longtemps que Yui n'était plus montée au grenier. Cet après-midi..."

    Alors que Yui allait tourner la page, elle entendit des pas dans les escaliers. Quelqu'un ouvre la porte et entre. C'est Erane.

    "Yui, c'est l'heure de manger. Astal m'a demandé d'aller te cher- (elle voit le livre) Oh ? Toi aussi, tu l'as trouvé ?"

    Yui n'avait pas vu le temps passer. La jeune fille s'approche de sa cousine.

    "Estrid était notre grand-mère. Avant d'être une elfe guerrière, c'était un artisan, une des meilleures, d'ailleurs. Elle a créé ce livre avant sa mort."

    Elle s'assoit à côté de Yui, qui est surprise de l'attitude d'Erane.

    Les deux cousines échangent un sourire.

    "Tu comptes descendre avec cette robe ? Tu sais que c'est le top de la mode avec tes baskets ? fait ironiquement Erane.

    - Je sais je mérite un oscar pour mon don à associer les vêtements ensembles !"

    Erane rit légèrement, et Yui s'éloigne, vraiment effrayée.

    "Qui que tu sois, sort du corps de ma cousine !"

    L'elfe-vampire se rapproche, les mains devant, comme pour imiter un monstre.

    Les minutes passent, et les deux filles restent ensembles, s'amusant avec les vieilleries du grenier, Yui profitant de la bonne humeur passagère d'Erane.

    Elles entendent en même temps d'autres pas, plus rapide, et des coups à la porte.

    Erane s'immobilise, et c'est le moment que choisit Astal pour rentrer.

    "METTEZ ENCORE PLUS DE TEMPS POUR VENIR TANT QUE VOUS Y ÊTES ! LE RIZ EST GELE."

    Puis, elle s'arrête net en voyant sa fille.

    "Mais qu'est-ce que tu fais avec ça ?

    - C'était à toi, maman ?

    - Oui. Je la portait lors du... du Grand Incendie de la Capitale."

    xxx

    C'est finalement Elendil qui dût aller chercher sa femme, sa nièce et sa fille dans le grenier, en criant. Autant dire qu'ils ont finit par manger du riz au lait.

    ----------------------------------------------

    Oh god, j'ai eu tellement d'inspiration la nuit dernière que j'ai réécrit en entier le chapitre que j'avais préparé ce matin x')

    Qu'est-ce que vous pensez de la tournure de l'histoire ?

    Oui, c'était en fait Yui qui lisait à voix haute le premier chapitre, dans le livre d'Estrid. :')

    Comme quoi, ça aide, de ne pas arriver à s'endormir, des fois !

    A bientôt pour la suite de l'histoire d'Astal !


    3 commentaires
  • L'au-delà,un monde sombre ou il fait tout le temps nuit. Pourquoi l'appeler ainsi ? On dirait que l'ont vit dans le royaume des bisounours. J'ouvre difficilement les yeux. J'ai un mal de crâne atroce. Je ne me souviens même plus de ce qu'il s'est passé...hier ? Je regarde autour de moi mais ne reconnais gère l'endroit. C'était vieux,délabré,abandonné et désordonné. Il faisait froid et on dirait que la température ne faisait que chuter. Je sortit du lit auquel j'était allongé. Je parcourus la maison et je tombais sur quelques toiles d'araignées ce qui ne me surprenais pas. En sortant je pus remarquer une forêt. J'était donc dans un lieu abandonné. Je m'aventura dans la forêt et y senti une certaine odeur. Odeur que je connait trop à mon gout. Je m'approcha de l'odeur et y vit un cadavre. Je n'était pas très surpris d'en voir un. Je m'approcha du corps. Je ne pus m'empêcher de sourire.

    - Il ne fallait pas s'y aventurer mon gars -Souriais-je.

    Ces pauvres humains. Ils cherchent l'aventure en terre inconnus en se disant qu'ils allais ramener un trésor mais ils y reviennent jamais.

    C'est le prix à payer quand on rentre dans ce monde. Les gens de l'autre monde qui s'y aventurent n'y reviennent jamais. Le mieux est de rester dans son fauteuil à regarder le journal de 20h. Je ne faisait pas très peur vu mon apparence fantomatique. J'était un petit fantôme aux yeux noirs avec une couronne sur la tête. Non je ne suis pas un roi. Ni un prince. Je suis juste un fantôme. Un esprit plutôt. Je suis un esprit vagabond. Nous sommes des créatures horribles. Nous aimons la chair qui s'ouvre au contact de d'objets tranchants,les cris de douleurs,les larmes et surtout le sang. Mon nom est Seishin mais ce ne sera pas la 1ère fois que vous l'entendrez. Je me baladais dans la forêt. Puis une question apparaissait dans ma tête. Quel jour on est  ? Je me dépêcha de trouver la ville. Une fois arrivé je me précipita vers une dame.

    - Excusez-moi mais savez-vous quel jour sommes nous ? -Demandais-je.

    - Nous somme le 2 juin 2000. -Me répondit-elle aimablement.

    - Merci. -Répondis-je.

    Nous sommes donc le 2 juin.

    ♠♠♠

    Vuala C:

    C'est très court je sais mais la suite sera un peu plus longue :3 


    2 commentaires
  •  Seishin

    Nom: Seishin

    Âge: Plus d'une centaine d'années

    Caractère: Hyper actif,narcissique,sympas,s'énerve facilement et violent

    Espèce: Esprit vagabond

    Maître(s): (?) Genkishi(anciennement), Miliana Akumu (actuellement)

    Pouvoir: Inconnu


    2 commentaires